14 mai 2006

Nostalgie...

amoureux_noir_blancOn avait nos gestes à nous, nos mots, nos regards, nos senteurs, ils n’appartenaient qu’à nos sens, ils étaient propres à nos êtres. Et puis soudain, dans une brume vagabonde tout vient à s’évanouir. On ne reconnaît plus la divinité de ces élancements. Le plafond nous parait si bas, et la terre si aisée à creuser. C’est comme un silence qui brûle dans l’éternité et qui vient faire jaillir des larmes. Nous ne sommes plus qu’une tracée noire, une âme noircie en sortant de cette mine dont on ne cite plus le nom. La fragilité est extrême et la pensée bien trop pesante, et l’on voudrait s’endormir pour oublier que le monde existe. On en vient même à se demander si il existe réellement, ou si l’espace dans lequel nous vivons n’est pas simplement le fruit de notre imagination. Nous suivons du regard les fantômes du passé en nous brûlant les lèvres de la liqueur de la nostalgie. Nous sommes comme ces êtres que l’on ne voulait jamais devenir. A vivre sans amour, l’on perd la trace ou la nécessité de son existence. A vivre trop l’amour on en vient à se perdre soi-même. A quoi bon chercher une place dans un monde qui n’est qu’une vaste comédie où chaque être joue le rôle qui lui est attribué, où chaque décor se déplace selon la convenance de la luminosité ou au contraire de l’obscurité. Où s’achève le début et où commence la fin ? Et qui sommes nous pour décider de l’éternité de soi-même et de celle des autres ?

Posté par Bellavita1 à 05:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Nostalgie...

Nouveau commentaire