Amour etc...

14 mai 2006

bouche_t_l_phoneWaiting for your call, I'm sick, call I'm angry
call I'm desperate for your voice
I'm listening to the song we used to sing
In the car, do you remember
Butterfly, Early Summer
It's playing on repeat, Just like when we would meet

I was born to tell you I love you
and I am torn to do what I have to, to make you mine
Stay with me tonight

Stripped and pollished, I am new, I am fresh
I am feeling so ambitious, you and me, flesh to flesh
Because every breath that you will take
while you are sitting next to me
will bring life into my deepest hopes, What's your fantasy?

I was born to tell you I love you
and I am torn to do what I have to, to make you mine
Stay with me tonight

And I'm tired of being all alone, and this solitary moment makes me want to come back home
( I know everything you wanted isn't anything you have)

I was born to tell you I love you
and I am torn to do what I have to, to make you mine
Stay with me tonight

I was born to tell you I love you
and I am torn to do what I have to, to make you mine
Stay with me tonight
( I know everything you wanted isn't anything you have)


Posté par Bellavita1 à 19:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Nostalgie...

amoureux_noir_blancOn avait nos gestes à nous, nos mots, nos regards, nos senteurs, ils n’appartenaient qu’à nos sens, ils étaient propres à nos êtres. Et puis soudain, dans une brume vagabonde tout vient à s’évanouir. On ne reconnaît plus la divinité de ces élancements. Le plafond nous parait si bas, et la terre si aisée à creuser. C’est comme un silence qui brûle dans l’éternité et qui vient faire jaillir des larmes. Nous ne sommes plus qu’une tracée noire, une âme noircie en sortant de cette mine dont on ne cite plus le nom. La fragilité est extrême et la pensée bien trop pesante, et l’on voudrait s’endormir pour oublier que le monde existe. On en vient même à se demander si il existe réellement, ou si l’espace dans lequel nous vivons n’est pas simplement le fruit de notre imagination. Nous suivons du regard les fantômes du passé en nous brûlant les lèvres de la liqueur de la nostalgie. Nous sommes comme ces êtres que l’on ne voulait jamais devenir. A vivre sans amour, l’on perd la trace ou la nécessité de son existence. A vivre trop l’amour on en vient à se perdre soi-même. A quoi bon chercher une place dans un monde qui n’est qu’une vaste comédie où chaque être joue le rôle qui lui est attribué, où chaque décor se déplace selon la convenance de la luminosité ou au contraire de l’obscurité. Où s’achève le début et où commence la fin ? Et qui sommes nous pour décider de l’éternité de soi-même et de celle des autres ?

Posté par Bellavita1 à 05:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

États-d'amour...

Une tonne de choses se bousculent, à savoir si mes idées ont du sens. Le petit nuage sur lequel j'étais a disparu. Les 2 pieds sur terre,mes petits rêves d'amour passion ont complêtement foutus le camp. la bonne phrase à citer ici n' est pas ''Aimer sans l'être en retour''... c'est un peu plus personnel...je dirais plutôt '' Aimer, sans s'aimer sois même ''...rien à ajouter,tout est dit... je crois. Tellement mignone, douée... '' PARFAITE ''. Je ne pourais pas être seulement qu'une fille ordinaire, intélligente et...défectueuse par moments? Et si je l' étais!? Un énorme moulle dans lequel on nous force sans cesse à nous conformer, comme si c' était une normalitée, comme si c'était vitale d'être '' comme on nous dit d'être ''...Ce moulle, je suis en plein dedans et contre mon gré. Question existentielle... qui suis-je? Une personne à part entière ou un certain ramassis de personnalitées? Qui s'aime vraiment... qui aime vraiment? Comment pourais-je réussir à aimer une personne en ne m'aimant pas moi-même? Je ne veus pas faire de mal à celui qui m'aime... le prendre pour aquis ou le décevoir parce que '' je '' me déçois. Je ne veus pas l' aimer à moitié quand je ne m' aime que par moments. ''Prends une chance, qui sait... peut-être que ça va te remonter qu'il t' aime autant? ''. C'est ce que je me dis aussi... mais faire ce qu' on dit, ce n'est pas toujours aussi simple, c'est même ce qui, d'après moi, est le plus difficile. Quand les sentiments se mêllent avec tout le reste on ne peut plus suivre ce qu'on croyait juste au départ... parce que ce qu'on croyait juste se met à fanner et disparaît peu à peu pour '' tuer '' l'amour et laisser place à une nouvelle xn--dception-b1a...la déception de n'être que soi.

Posté par Bellavita1 à 05:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]